Standard commenté et illustré du berger allemand

Home - L’élevage du Val de la Petite Creuse-Le Berger Allemand made in Creuse- Standard commenté et illustré du berger allemand

En à peine un siècle, le Berger Allemand est devenu l’archétype du chien, une des rares races que tout le monde connaît, le chien universel en tête de tous les hits parades dans son pays d’origine l’Allemagne mais aussi dans nombre d’autres, comme la France qui oscille entre 11 et 13000 naissances chaque année.

110 ans de sélection

Le Berger Allemand, c’est un esprit sain dans un corps sain, comme le décrivait son créateur Max Emil von Stephanitz. Mais si l’aptitude à l’utilisation a toujours été la priorité en matière de sélection, elle a surtout modelé son physique pour qu’il soit adapté à de multiples tâches.


Standard du Berger Allemand commenté et illustré

Par Isabelle Persson

Les parties en italique correspondent aux commentaires du Val de la Petite Creuse,  le texte coloré compare le chien au standard tandis que le reste du texte est extrait du standard du BA officiel. Avec l’aimable autorisation de Mr et Mme Lemaire pour l’utilisation de la photo d’Intox des Collines du Boischaut à fins d’illustration.

Standard du BA

Intox des Collines du Boischaut


Le standard d’une race comprend le descriptif parfaitement détaillé de la morphologie d’un chien ainsi que les caractéristiques souhaités sur le plan du caractère. Il ne laisse place qu’à peu de variations et possibilités d’interprétation.

En ce qui concerne le standard du Berger Allemand, le premier fut établi le 20 septembre 1899, complété le 28 juillet 1901, puis le 17 septembre 1909, le 5 septembre 1930, le 25 mars 1961 et le 30 août 1976 pour devenir le 24 mars 1991 le seul texte officiel auquel il convient de se référer. Cette relative absence de modifications est à mettre au crédit de la clairvoyance des pères de la race : Von Stephanitz et Meyer, qui dès le départ avaient su imaginer le Berger Allemand idéal.

Davantage de détails sur les origines de la race

Une constante est présente dans le standard du BA : c’est l’aptitude au travail. Chaque détail, chaque point va dans ce sens. Il serait faux de croire que l’aspect physique est le fruit d’une recherche esthétique, bien au contraire, l’aspect du berger allemand, sa conformation, ses angulations  sont autant d’éléments qui doivent être au service de l’utilisation.

Origine : Allemagne (VDH) – 23.03.1991

Date de publication du standard d’origine en vigueur (FCI) : 30.08.1991

Classification FCI :

•  Groupe 1 : Chiens de berger et de bouvier sauf chiens de bouvier suisses.

•  Section 1 : Chiens de berger (avec épreuve de travail).

Utilisation : Chien d’utilité, de berger et de service polyvalent.

Aspect général :

Le Berger Allemand est de taille moyenne, légèrement plus long que haut, vigoureux, bien musclé, avec ossature sèche; construction générale solide.

Proportions importantes :

Hauteur au garrot :

  • mâles 60 – 65 cm
  • femelles 55 – 60 cm

Poids :

  • Mâles : 30 à 40 kg
  • Femelles : 22 à 32 kg

La longueur du tronc dépasse la hauteur au garrot de 10 – 17 %

Testicules : Les mâles doivent présenter deux testicules normalement développés entièrement descendus dans le scrotum.

standard_hauteur

Un écart important constitue un véritable handicap pour le travail. Ainsi un grand chien sera pénalisé par sa masse et verra son agilité réduite. A l’inverse, un chien de petite taille ne présentera plus des membres de longueur suffisante, il sera moins efficace en mouvement, donnant souvent l’impression de piétiner. Il sera souvent d’ossature légère et manquera de substance

Malgré l’évidente puissance de ce mâle il mesure 63 cm ce qui constitue une taille idéale.

 

 

standard du BA

rapport hauteur/longueur

De bonnes proportions donnent un chien compact dont le corps s’inscrit dans un rectangle presque carré. Un format trop allongé, souvent lié à un rein trop long, laisse présager un dos manquant de solidité qui ne pourra plus jouer son rôle de transmission de la dynamique de l’arrière vers l’avant. A l’inverse, un format trop court réduit sérieusement l’amplitude du mouvement et oblige le chien à un effort supérieur pour parcourir la même distance.

Pour une hauteur de 63 cm ce mâle mesure 72.5 cm de longueur soit 115% de sa hauteur au garrot. Il est d’un format légèrement allongé mais parfaitement dans les proportions.

Comportement et caractère :

Dans son comportement et son caractère, le Berger Allemand doit être pondéré, bien équilibré, sûr de lui, absolument naturel, parfaitement inoffensif (sauf quand il est excité), vigilant et docile.

Il s’agit là des qualités recherchées par tous les propriétaires de berger allemand, celles qui ont contribuées à sa notoriété et permettent au berger allemand d’exceller dans son rôle de compagnon et d’assistant.

Il doit faire preuve de courage, avoir un caractère bien trempé et posséder l’instinct du combat, afin de réunir les conditions qui le rendent apte à être un chien d’accompagnement, de garde, de protection, de service et de travail sur troupeaux.

Le standard ayant été peu revu, il n’intègre pas les nouvelles aspirations des propriétaires ni les contraintes sociétales. L’instinct de combat du berger allemand doit absolument se limiter aux activités encadrées qui permettent de l’exprimer (sports canins) et ne pas dépasser ce cadre.


La tête :

standard du BAElle est cunéiforme, bien proportionnée à la taille (sa longueur est à peu près égale aux 40 % de la hauteur au garrot), sans être lourde ni trop allongée, sèche dans son aspect général et d’une largeur modérée entre les oreilles.

De face et de profil, le front n’est que peu bombé, sans ou avec un sillon médio-frontal faiblement marqué.

Le rapport entre la longueur du crâne et celle du chanfrein est de 1 : 1. La largeur du crâne doit être à peu près égale à sa longueur. Vu de dessus, des oreilles au bout du nez, le crâne va en s’amenuisant régulièrement; par une dépression crânio-faciale (stop) inclinée, mais pas très prononcée, il se raccorde à un museau en forme de coin.

Les mâchoires supérieure et inférieure sont fortement développées. Le chanfrein est rectiligne, un chanfrein camus (concave) ou busqué n’est pas souhaité. Les lèvres, bien tendues et jointives, sont de couleur foncée.

Truffe : Doit être noire.

Denture : Elle doit être robuste, saine et complète (42 dents). Le Berger Allemand a un articulé en ciseaux, c’est-à-dire que les incisives supérieures viennent se placer en ciseaux devant les incisives inférieures. L’articulé en tenailles, le prognathisme supérieur et le prognathisme inférieur constituent des défauts, de même que la présence d’espaces libres trop importants entre les dents (dents écartées). Une arcade incisive rectiligne est également un défaut. Les maxillaires doivent être fortement développés, pour assurer une profonde implantation osseuse des dents.

La denture du berger allemand doit, à l’image de son tempérament, imposer le respect. Elle doit être impressionnante par sa robustesse et refléter la bonne santé générale du chien. Elle constitue l’outil de travail du berger allemand dans son rôle de chien de défense ou de protection et de ce fait doit être fiable et efficace.

Yeux : De grandeur moyenne, en amande, quelque peu obliques et non proéminents. Leur couleur doit être aussi foncée que possible. Des yeux clairs et perçants qui modifient l’expression naturelle du chien ne sont pas souhaités.

Les yeux et le regard sont le miroir de l’âme. Cette expression vaut pour le berger allemand sait s’exprimer sans un mot. La couleur des yeux contribue fortement à l’intensité du regard. Plus elle sera foncée, plus le regard sera profond et expressif. Une couleur claire rappelle celle du loup, un animal particulièrement méfiant vis à vis de l’homme, ce qui est à l’opposé du comportement normal d’un berger allemand. La position des yeux ne doit pas être trop oblique, privant le berger allemand du regard franc et loyal qui le caractérise.

Oreilles : Le Berger Allemand a des oreilles dressées de grandeur moyenne, portées bien droites et symétriques (pas tirées latéralement en position oblique) ; avec leur pavillon tourné vers l’avant, elles se terminent en pointe. L’oreille semi-dressée ou tombante est un défaut. Quand le chien est au repos ou en action, une oreille portée couchée vers l’arrière n’est pas un défaut.

Les oreilles “terminent” la tête et donnent la fierté au berger allemand. Elles constituent également un moyen d’expression et indiquent souvent l’état d’esprit dans lequel le chien se trouve : inquiet, attentif, … Comme chaque partie du berger allemand, elles doivent être proportionnées au reste du corps, ni trop grandes au risque de manquer de fermeté et de nuire à l’harmonie d’ensemble, ni trop petites ce qui donnerait l’impression d’une tête massive. La base doit être de largeur inférieure à la longueur de l’oreille.

standard du BA

La tête du berger allemand doit être “bergère”. Un crâne trop large, un stop prononcé, un museau trop court, trop large, voire ramassé, des lèvres pendantes donnent une expression mollossoïde atypique qui mettrait l’accent sur la dureté exclusivement. A l’inverse, un manque de largueur de crâne, un stop insuffisamment marqué, un museau trop pointu confère au chien un air de “colley” qui ne convient pas au tempérament du berger allemand. Une tête est belle quand elle est en harmonie avec le reste du corps, quand elle exprime parfaitement l’ensemble des qualités de caractère de la race, autant la force que la douceur, en respectant l’équilibre recherché à tous les niveaux.

Pour une taille de 63 cm au garrot, la longueur de la tête est de 26 cm, soit 41 % de la hauteur. Le museau représente la moitié de la longueur, le crâne, l’autre moitié. Le crâne est aussi large que long, les lignes du front et du chanfrein sont pratiquement dans le prolongement. La tête est parfaitement proportionnée, très expressive, sans lourdeur tout en étant puissante.


Le corps :

Cou : Robuste, bien musclé et sans laxité de la peau de la gorge (fanon). Il forme avec le tronc (horizontale) un angle d’environ 45°.

standard du BA

Encolure

 

L’encolure est une partie importante du corps qui joue un rôle primordial dans le mouvement du berger allemand. Elle a pour base osseuse les 7 vertèbres cervicales. Nombre de muscles y prennent naissance et notamment ceux contribuant à la bonne solidité du dos. C’est pourquoi elle doit être robuste. Une longueur d’environ 35 % de la hauteur au garrot est idéale . Son positionnement reflète la configuration de toute l’avant main, le cou faisant un angle droit avec l’épaule.

 


Tronc :
La ligne du dessus va sans rupture visible depuis l’encolure bien sortie en passant par le garrot bien développé et par le dos très légèrement incliné vers l’arrière à la croupe légèrement oblique. Le dos est ferme, robuste et bien musclé. Le rein est large, fortement développé et bien musclé. La croupe, longue et légèrement oblique (angle d’environ 23° sur l’horizontale) doit se fondre dans l’attache de la queue en continuité de la ligne du dessus.

standard du BA

Ligne de dos

La région lombaire doit être courte car les 7 vertèbres qui la composent servent de trait d’union entre la croupe et la région dorsale. Elle doit par contre être large ce qui indique une masse musculaire bien développée

La longueur de la croupe doit être au moins égale à celle du rein et même 1,5 fois supérieur. Son inclinaison de 27 ° permet une bonne transmission de la poussée vers l’avant mais aussi l’oscillation correcte du tibia. Une croupe trop droite limite la prise de terrain arrière, une croupe trop inclinée réduit les possibilités d’un appui long, une croupe trop courte nuit à l’amplitude du mouvement des postérieurs restreignant à la fois la prise de terrain arrière et la poussée en fin d’appui. La croupe est le siège de la musculature de l’arrière main qui doit être puissamment développée pour assurer une poussée efficace. Une bonne longueur donne une cuisse large et ronde.

Le garrot est long. Le dos est droit. Le rein est proportionnellement court. La croupe est longue et fait avec l’horizontale un angle de 28 °. Elle est 1,4 fois plus longue que le rein. Ce chien présente une très belle ligne de dessus, sans cassure, légèrement descendante qui transmettra, en mouvement, toute la puissance de l’arrière main vers l’avant.


standard du BA

Profondeur de poitrine et sous-ligne

Poitrine : Elle doit être modérément large avec un sternum aussi long et bien marqué que possible. La hauteur de la poitrine doit mesurer environ les 45 à 48 % de la hauteur au garrot. Les côtes doivent être modérément cintrées. Un thorax en tonneau est tout aussi défectueux qu’un thorax aux côtes plates.

La profondeur de poitrine se mesure du garrot au sternum et doit correspondre à 45 à 48 % de la hauteur au garrot. Une poitrine plus profonde donne une impression de lourdeur et de surcharge sur l’avant tandis qu’une poitrine moins profonde donne l’impression d’un chien manquant de coffre. La sous-poitrine doit être très longue. Elle constitue la ligne du dessous qui doit être parallèle au sol et remontée que légèrement au niveau du rein. Une sous-poitrine courte et relevée donne un chien levretté. A l’inverse une sous-poitrine descendant largement sous le coude donne – comme la poitrine trop profonde – une impression de lourdeur et de surcharge. Les côtes constituent la cage thoracique : elle abrite le système cardio-respiratoire et doit offrir l’espace nécessaire à un développement suffisant sans gêner la mobilité de l’épaule.

La poitrine, entre le garrot et la pointe du sternum mesure 33 cm, soit 52 % de la hauteur au garrot. Ce chien présente une poitrine un peu profonde. La ligne de dessous est parallèle au sol, que très légèrement relevée.


Queue : Elle atteint au moins le jarret, mais ne doit pas dépasser le milieu du métatarse, le poil à sa face inférieure est un peu plus long, elle est portée tombante en décrivant une légère courbe, quand le chien est excité ou en action, elle se relève davantage, mais sans aller au-dessus de l’horizontale. Toute correction chirurgicale est interdite.

Elle représente selon le cynophile Solaro un élément typique de la race aussi important que la tête. De plus, elle constitue – comme les oreilles – un moyen d’expression et indique dans quel état d’esprit se trouve le chien. Rentrée sous le ventre, elle montre un chien manquant d’assurance. Portée fièrement, elle indique le niveau de confiance en soi que possède le berger allemand.


Membres antérieurs :

standard du BA

Epaule

Vus de tous les côtés, les antérieurs sont d’aplomb, vus de devant, ils sont parfaitement parallèles. L’omoplate et le bras sont de même longueur et bien appliqués contre le tronc grâce à une musculature puissante. L’angle formé par l’omoplate et le bras mesure idéalement 90°, pratiquement jusqu’à 110°.

L’épaule est constitué de l’os scapulaire. De nombreux muscles s’insèrent au dessus de cet os dont l’action donne au membre antérieur son mouvement. Il doit être long et correctement incliné

L’omoplate fait avec l’horizontale un angle d’environ 48 ° (45 ° étant l’idéal). Il est long et puissamment musclé.
En “dépliant” l’ensemble épaule/bras/avant-bras, on imagine sans peine l’amplitude de la prise de terrain avant

Ni en station ni en action, les coudes ne doivent être décollés ou serrés.

standard du BA

Bras

 

Vus de tous les côtés, les avant-bras sont droits et parfaitement parallèles entre eux, secs et dotés de muscles fermes.

Le bras est constitué de l’humérus, sa longueur et son inclinaison à angle pratiquement droit avec l’épaule conditionne la prise de terrain avant. L’articulation scapulo-humérale doit être mobile pour permettre l’amplitude entre la flexion et l’extension de l’avant main. Elle ne le peut que si le garrot reste solide et haut.

 

standard du BA

Avant-bras

Le bras fait, avec l’omoplate, un angle pratiquement droit. Il est long et puissamment musclé également, d’une longueur avoisinant celle de l’omoplate.
Lorsque le chien est au trot, ses avant-bras et jambes opposés se croisent alternativement sous le ventre.

La longueur de l’avant bras, constitué du radius et du cubitus doit être égale à environ 37 % de la hauteur au garrot. Sa longueur en soi est insuffisante pour permettre à elle seule la qualité du mouvement de l’avant-main. C’est sa solidité + la longueur de l’humérus et de l’omoplate (souvent négligée du fait de son manque de visibilité) + l’angulation correcte entre ces 3 parties qui permettra une prise de terrain dégagée. L’absence de mobilité au niveau de l’épaule donnera une démarche de cheval, certes spectaculaire mais peu efficace. Chez le berger allemand, on recherche une allure rasante et ample. Au trot, le bras doit dépasser la verticale pour que l’avant-bras et le pied puissent reprendre contact avec le sol nettement en avant du chien. La longueur de l’humérus et du radius/cubitus détermine l’amplitude de la prise de terrain avant

L’avant-bras est droit. Il mesure 22 cm, soit 35 % de la hauteur au garrot. Il forme, avec le bras, un angle d’environ 120 °.
Le métacarpe fait avec la verticale un angle de 20 °. Il fait environ 1/3 de la hauteur de la patte. La ligne d’aplomb passant par la pointe de l’épaule tombe juste en avant du pied.

La longueur des métacarpes mesure environ un tiers de celle de l’avant-bras, il forme avec ce dernier un angle d’environ 20 à 22°. Aussi bien un métacarpe trop incliné (plus de 22°) qu’un métacarpe trop droit (moins de 20°) sont préjudiciables à l’utilité du chien, tout spécialement en ce qui concerne sa capacité d’endurance.

Coudes et métacarpe doivent être fermes pour assurer la solidité de l’ensemble et permettre à l’animal de supporter l’impact du membre sur le terrain. Un métacarpe trop souple nuira à la tonicité tandis qu’un métacarpe trop raide nuira à la souplesse du mouvement.

Les pieds sont arrondis, les doigts sont bien serrés et arqués, les coussinets sont durs sans tendance à se crevasser, les ongles sont robustes et de couleur sombre.

Les phalanges doivent être correctement écartées, ni trop rapprochées (pieds de chat), ni trop ouvertes (pieds de lièvre) pour assurer un impact confortable avec le sol.


Membres postérieurs :

standard du BA

L’arrière-main

Les postérieurs sont légèrement inclinés vers l’arrière, tout en restant, vus de derrière, parallèles entre eux. La cuisse et la jambe sont d’une longueur presque identique et forment un angle d’environ 120°. Les cuisses sont puissantes et bien musclées. Les jarrets sont fermes et robustes, le métatarse, sous le jarret, est perpendiculaire au sol. Les pieds ont les doigts serrés, légèrement arqués, les coussinets sont durs et de couleur foncée, les ongles sont robustes, courbes et également de couleur sombre.

La jambe, constituée du tibia-péroné forme avec le fémur, os de la cuisse, un angle d’environ 120° qui associés à la bonne disposition de la croupe et la puissante musculature de l’arrière main composent les rouages du mécanisme de propulsion si propre au berger allemand. La silhouette descendante est également accentuée par la disposition des membres postérieurs. Pour autant l’excès, notamment aux niveau de l’angulation jambe/métatarse, est totalement indésirable car il entrave la poussée et limite l’amplitude. Un chien sur-angulé se marchera en dessous et manquera de fermeté dans les aplombs. De même, un manque d’angulation, souvent doublée d’une cuisse peu musclée, ne permettra pas une poussée appuyée et puissante, ce qui se ressentira également dans la prise de terrain avant, donnant un trot sautillant sans ampleur et peu efficace. Le mouvement du berger allemand se caractérise par un contact très long de l’arrière-main avec le sol, les postérieurs servant d’appui à tour de rôle et donnant un élan prolongé au chien. La musculature de la cuisse est très fortement développée pour permettre tant l’extension que la flexion. La longueur du fémur et du tibia/péroné détermine l’amplitude entre la prise de terrain arrière et la fin d’appui.

Le fémur et le tibia/péroné forment un angle d’environ 120 ° (comme celui de l’humérus et du radius/cubitus). Le fémur est long, la cuisse est large et puissamment musclée. La jambe et le métatarse forment un angle également prononcé. La ligne d’aplomb qui passe par la pointe de la fesse tombe devant le pied à une distance égale à la longueur du métatarse.


Les allures :

Le Berger Allemand est un trotteur. Les angulations et la longueur des membres doivent être si bien équilibrées que, sans oscillation notable de la ligne du dessus, les postérieurs peuvent s’engager vers l’avant sous le tronc et les antérieurs couvrir un terrain égal.

Toute tendance à une surangulation des postérieurs diminue la fermeté et l’endurance, et est préjudiciable aux capacités d’utilisation du chien.

En présence de rapports corrects entre la structure générale et les angulations, on obtient des allures de grande amplitude au ras du sol sans signe apparent d’effort.

Au trot, régulier et calme, la tête tendue vers l’avant et la queue légèrement relevée forment, de la pointe des oreilles par la nuque et le dos jusqu’au bout de la queue, une ligne du dessus souple, harmonieuse et ininterrompue.

Le mouvement ample et productif constitue une des grandes particularités du berger allemand qui comme son aspect général est unique. La parfaite adéquation entre taille, proportions et angulations permet d’obtenir une poussée arrière particulièrement puissante et une prise de terrain avant très dégagée.


La couleur du poil :

Peau : Elle est (souplement) appliquée sans former de plis.

Robe

Texture du poil : Le pelage correct du Berger Allemand est un poil double avec sous-poil. Le poil de couverture doit être aussi dense que possible, droit, rude et bien couché. Le poil est court sur la tête y compris la face interne du pavillon des oreilles, sur la face antérieure des membres, sur les pieds et sur les doigts, il est un peu plus long et plus fourni sur le cou. A la face postérieure des membres il s’allonge jusqu’au niveau du carpe ou du jarret, en formant des culottes d’ampleur modérée derrière les cuisses.

Couleur du poil : Noir, avec des marques brun rouge, brunes ou jaunes jusqu’à gris clair. Noir et gris unicolore, le gris étant charbonné (ombré). Manteau et masque noir. De petites taches blanches discrètes sur le poitrail ou une coloration très claire à la face interne des membres sont tolérées, mais pas recherchées. La truffe doit être noire dans toutes les variétés de couleur. L’absence de masque, des yeux clairs à perçants, des marques claires à blanchâtres sur le poitrail et à la face interne des membres, des ongles d’une couleur claire et le bout de la queue rouge seront pénalisés en tant que signes de pigmentation insuffisante. Le sous-poil est d’un gris léger, le blanc n’est pas admis.

A l’exception du blanc, toutes les nuances de teintes sont autorisées chez le berger allemand. La tendance, toutefois, va vers un noir et feu intense. Le museau doit toujours être masqué et le manteau doit couvrir le dos. Un manteau descendant jusqu’à la ligne du dessous est appréciable. La face interne des pattes doit être de la même couleur que la face externe même si elle un ton plus clair. La tête doit présenter une zone plus noire sur le front même chez les chiens faiblement masqués. C’est seulement après 1 an que la couleur définitive peut être déterminer, les chiots étant très noirs ; les “gris-loup” charbonnent en vieillissant tandis, qu’à l’inverse, l’étendue de noir des “noir et feu” diminue avec l’âge.

Pour l’élevage de Berger Allemand deux variantes de poils sont admises : le poil court et le poil long. Toutes les deux doivent avoir du sous-poil

Poil court dense : Le poil de couverture doit être aussi dense que possible, droit, rude et bien couché. Le poil est court sur la tête, y compris la face interne du pavillon de l’oreille, sur la face antérieure des membres, sur les pieds et sur les doigts. Il est un peu plus long et plus fourni sur le cou. A la face postérieure des membres, il s’allonge jusqu’au niveau du carpe ou du jarret, en formant des culottes modérées derrière les cuisses.

Poil long dense : Le poil recouvrant doit être long, souple et ne doit pas être aplati. Il forme une frange derrière les oreilles et les membres. L’arrière des cuisses doit être très fourni ainsi que la queue dont les poils en frange tombent vers le bas. Sur la tête, la face interne du pavillon des oreilles, la face antérieure des membres, sur les paturons, les doigts le poil doit être court. Le poil du cou doit être plus dense, plus long, formant presque une crinière. Sur la face postérieure des membres le poil se rallonge jusqu’à l’articulation carpienne et du jarret en formant des culottes bien prononcées derrière les cuisses.

Le poil d’un berger allemand est particulièrement dense ; même en le rebroussant, il sera difficile d’apercevoir la peau du fait de la présence d’un épais sous-poil. Cette fourrure le protège particulièrement bien des intempéries. Chez certains poils-longs, ce sous-poil est absent ; c’est pourquoi ils ne sont pas admis. Parmi les poils-longs, seuls ceux présentant un sous-poil dense et une longueur de poil de recouvrement raisonnable, sont admis. On recherche un poil fourni, bien plaqué sur le corps, un peu plus long à l’encolure et derrière les cuisses mais ne dissimulant pas les formes du chien.


Défauts :

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé selon sa gravité.

Défauts graves : • Tout écart du présent standard qui serait préjudiciable à l’aptitude au travail du chien. • Défauts des oreilles : oreille attachée latéralement, trop bas, semi-tombante, tirée latéralement en position oblique, dressée sans fermeté. • Défauts importants de pigmentation. • Fermeté générale fortement réduite. • Défauts de denture : tout écart de l’articulé en ciseaux et de la formule dentaire, mis à part les défauts éliminatoires.

Défauts éliminatoires :

Chiens faibles de caractère, agressifs ou nerveusement peu équilibrés.

Chiens affectés d’une grave dysplasie de la hanche vérifiée.

Chiens monorchides et cryptorchides ou présentant des testicules inégaux ou   atrophiés.

Chiens affectés de déformations au niveau des oreilles et de la queue.

Chiens affectés de malformations.

Défauts de denture, en cas d’absence de :

1 PM 3 plus une autre dent, ou 1 croc, ou 1 PM 4, ou 1 M 1 ou M 2, ou au total trois dents ou plus.

Chiens affectés de défauts des mâchoires :

  • Prognathisme inférieur de 2 mm et plus
  • Prognathisme supérieur
  • Ensemble des incisives en position bout à bout

Plus d’un cm en plus ou en moins de la taille prescrite par le standard.

Albinisme.

Couleur blanche de la robe (même si les yeux et les ongles sont de couleur foncée).

Poil long sans sous poil

Poil très long (poil long et mou, sans sous-poil, en général avec formation d’une raie dans l’axe du dos, franges aux oreilles, aux membres et à la queue).

Le SV considère qu’il a deux type de poil long et fait bien la distinction au niveau du standard à savoir le poil long dense avec sous-poil, admis,  et le poil très long, non admis.


Une excellente vidéo présentant la race : son standard et ses origines, sa personnalité et son comportement, les soins …