Conseils pour l’alimentation

Home - Conseil & accompagnement- Conseils pour l’alimentation

Comment bien (mieux) nourrir son chien


Une des premières préoccupations de l’éleveur et, par conséquent du futur propriétaire doit être de fournir à son animal une alimentation saine.

Celle-ci est la première médecine préventive et, à ce titre, mérite qu’on lui consacre la plus grande attention et la meilleure qualité.

 

Ce qu’il faut absolument savoir du comportement alimentaire et des besoins nutritionnels du chien :

– C’est un carnivore : il est donc doté d’une d’une dentition prévue pour déchirer des pièces de viande et pour broyer des os, d’un œsophage relativement élastique lui permettant de faire transiter tout ça sans soucis vers un estomac pouvant accueillir un grand volume, puis vers un intestin court (et même très court chez le berger allemand) exigeant que sa nourriture soit très rapidement digérée (donc hautement digestible).

– Il tire son énergie essentiellement des lipides contenus dans ses aliments (graisses animales) et non pas – comme chez l’humain – des glucides. Bien au contraire, les glucides lui imposent un effort digestif supplémentaire et ralentissent considérablement son transit (macération dans les intestins).

– Outre à ses besoins essentiels en protéines, il se satisfait d’un apport très raisonnable en fruits et légumes réduits en purée (cellulose brisée donc nutriments rendus accessibles), qui complète la consommation d‘abats source principale de vitamines essentielles.


Pour ces raisons l’alimentation doit être appropriée au chien et non l’inverse


Notre préférence va vers une alimentation la plus saine possible et surtout la moins élaborée industriellement, précisément au même titre de ce que préconisent pour nous les organismes veillant à la santé publique, ce qui signifie que dans la gamelle de mes chiens il y a :

conseils pour l'alimentation– de la viande crue destinée à la consommation humaine (et non des résidus de découpes impropres à être avalés par autre chose qu’une poubelle), principalement de la volaille même si toutes les viandes sont permises (exception faite du porc plein air et de son cousin sauvage le sanglier à cause du risque de Maladie d’Aujeski),

– des os charnus crus (et pas de vulgaires restes de table décharnés et rendu dangereux par la cuisson) évidemment adaptés aux capacités de chaque individu chien : cous de poulet et cailles entières pour les petites mâchoires, cuisses et carcasses entières de volaille conséquentes pour les gabarits plus importants. Il est utile de garder à l’esprit qu’un os charnu signifie un morceau de viande avec de l’os et jamais le contraire,

conseils pour l'alimentation

– des abats crus en proportion équivalente à celle d’une proie entière (et non seulement des abats notamment jamais un repas complet de foie trop riche en vitamine A)

conseils pour l'alimentation

– quelques cuillères de purée de fruits et légumes crus de saison finement mixés (de l’ordre d’une cuillère à soupe pour 10 kg)

– de temps en temps un oeuf entier, coquille mixée avec les fruits et les légumes ou encore gobé tel quel si la taille du chien vous le permet

le but recherché et le principe fondamental étant de reconstituer l’alimentation naturelle du carnivore à l’état sauvage

 En complément, et pour faire profiter nos chiens de bienfaits établis, nous ajoutons :

→ une cuillère à soupe d‘huile animale tous les jours (oméga 3), de type huile de saumon ou de sardines, éventuellement en alternance avec de l’huile de tournesol pour ses apports en vitamine E

→ une giclée de vinaigre de cidre pour ses multiples vertues

→ des algues réduites en poudre (riches en oligo éléments)

→ du lait fermenté (équilibre de la flore intestinale)

→ de l’ail (vertus antiparasitaires internet et externe), une fois par semaine en moyenne et environ une gousse pour un chien de 30 kg

→ de la levure de bière ou du germe de blé (vitamines du groupe B) régulièrement

→ de l’ortie pour ses vertus minéralisantes

→ du cynorrhodon pour ses apports en vitamine C essentielle pour la synthèse du collagène

 conseils pour l'alimentation

En gardant une nouvelle fois à l’esprit que ces ingrédients sont un plus qui parfois pallie à des besoins accrus en vitamines des chiens vivant en milieu urbain et parfois, tout comme les nôtres, soumis à mode de vie plus exigeant.

Ce régime alimentaire constitue la diète BARF, Bones and Raw Feeding ou encore Biologically appropriate Raw Food, qui comme sa traduction l’indique est l’alimentation la plus naturelle, la plus appropriée et la plus logique pour nos carnivores domestiques.

Ses avantages sont indéniablement d’être très proche de l’idéal vers lequel nos chiens se dirigeraient spontanément si nous leur en donnions la possibilité, de n’occasionner aucun trouble sur le plan physiologique (les selles sont sensiblement réduites, leur odeur atténuée), d’entretenir l’organisme au mieux (dentition propre, musculature sèche, ossature solide, croissance lente et harmonieuse, poil brillant, peau saine …) d’offrir un réel plaisir de manger à nos compagnons et, accessoirement, de maîtriser davantage le contenu et le coût de la gamelle (comprendre de ne pas payer à prix d’or un agglomérat de céréales, de sous produits animaux, de conservateurs et autres antioxydants qui individuellement ne valent rien).

Chiots et adultes sont nourris exactement de la sorte à l’élevage (et à la pension si le maître le souhaite), seules les quantités varient et éventuellement les compléments.

Pour en savoir plus sur l’alimentation, consultez nos nombreux articles sur le sujet

et si vous n’êtes pas encore convaincu …

surtout les deux dernières minutes 😉