Bienveillance et bien traitance en matière d’éducation canine

Home - Valcreuse- tout le blog-Bienveillance et bien traitance en matière d’éducation canine
Bienveillance et bien traitance en matière d’éducation canine

Coup de gueule !

Le bien-être animal est à la mode affirment certains professionnels comme s’il fallait s’attendre à ce que l’effet retombe comme un soufflet dans les prochains mois ou années.

Ce fichu bien-être animal leur sort par les orifices car il entache leur belle image de sauveur des condamnés à l’euthanasie.

 

Nan mais faut arrêter un peu de jouer les victimes … à la place des vraies victimes !

 

Le bien-être est défini et inscrit dans la loi. Aucune loi n’est votée sans fondements (scientifiques pour le coup) ni pour suivre une mode.

 

De l’autre coté, le bien-être est un argument de vente de prestations, la cause d’ailleurs de la colère des premiers car la clientèle est davantage attirée par ceux qui prônent le bien-être que par ceux qui se complaisent à le nier et à le compromettre.

 

Mais s’affirmer respectueux du bien-être suffit-il à l’être quand on ne sait pas quels critères sont fondamentaux ?

 

Aux méthodes coercitives basées sur la punition positive et le renforcement négatif, c’est à dire sur des méthodes provoquant peur, douleur et inconfort pour faire diminuer les comportements indésirables ou gênants on oppose les méthodes dites amicales ou positives pour se prétendre respectueux du bien-être.

 

Ok les méthodes amicales ou positives sont respectueuses du bien-être dans le sens où elles s’appuient sur l’obtention du confort ou du plaisir pour encourager les comportements recherchés. Ces méthodes sont bien traitantes.

 

Mais, car il y a un mais,

 

Dans quel but utilise t’on ces méthodes ? quel projet se « cache » derrière l’éducation ?

 

Voilà qui pose LA vraie question, celle qui devrait intéresser tous les propriétaires faisant appel à un accompagnateur ou un éducateur canin.

Si c’est pour transformer le chien en grosse peluche vivante ou en petit robot totalement dénué de personnalité propre et inhibé dans ses comportements naturels car cela fait tâche sur la jolie image d’Epinal qu’il se font de l’animal domestique où est la bienveillance ?

 

Où est la bienveillance à chercher à faire disparaître des besoins au profit d’autres « instrumentalisables » à souhait quand on sait que chaque besoin tient un rôle majeur dans l’équilibre émotionnel, y compris ceux qui rapprochent le chien de sa nature originelle ?

Où est également la bienveillance à rendre conditionnel l’accès aux ressources, au confort, à l’affection, au jeu selon le principe dépassé du « rien n’est gratuit dans la vie ou NILIF »  ?

Où est enfin la bienveillance à rendre nos compagnon littéralement stupides en leur interdisant toutes possibilités d’élévation, de développement cognitif en vertu de vieilles croyances qu’ils en sont incapables car ils ne comprennent pas notre langage verbal (ce qui est de moins en moins une vérité d’ailleurs) … ? L’intelligence se limite t’elle à parler une seule langue  ?

Il faut croire que certains parviennent à se regarder dans la glace avec fierté juste parce qu’ils distribuent des saucisses au lieu de distribuer des tartes mais combien ont vraiment fait le deuil de leur supériorité et combien on vraiment réglé leur problème avec leur peur du loup ?

 

Combien sont des éducateurs canins à la fois bientraitants et bienveillants ?


 

Le monde s’est extasié devant la performance de ce binôme. Curieux mais moi cela me met très mal à l’aise car je ne cesse de me demander si ce chien se rend compte qu’il a été conditionné et s’il a conscience que ses apprentissages  ont pris la place d’autres apprentissages peut-être bien plus épanouissants que de tenir un rôle d’accessoires de mise ne valeur d’un artiste  …


 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.